Les veilles et explorations de nos consultants en management

Découvrez les explorations et les articles de veille de notre cabinet de conseil en organisation et en transformation, autour de sujets très variés : technologies, innovations, méthodes…

La transformation digitale est partout, notamment dans le secteur de l’immobilier…

Les nouveaux enjeux liés à l’évolution des lois, au respect de l’environnement et des constructions qui doivent être de plus en plus rapide nécessitent une meilleure gestion des données et de l’information mais aussi une meilleure collaboration entre les équipes.

Nous retrouvons ces mêmes problématiques dans nos missions d’accompagnement dans le secteur de la Data par exemple où il nous faut de plus en plus travailler en transverse, fiabiliser les données et les processus métiers !

Article sur l’explication du BIM

Titre du Livre : Profession Architecte, sous la direction d’Isabelle Chesnau

2ème édition 2021 /Chapitre 15 : La conduite du projet

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Isabelle Chesnau, enseignante-chercheuse à l’ENSAPM (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris Malaquais)

Qu’est-ce que le BIM ? 

L’acronyme du BIM signifie Building Information Modeling/Manager.

C’est un ensemble de pratiques et d’outils qui permettent de mieux atteindre les objectifs de conception et de construction

Il se compose de 2 aspects fondamentaux :

  • Le modèle : nouvelles technologies de représentation de l’architecture 
  • Le management : nouvelles pratiques collaboratives de gestion de l’information associées à ces outils

L’utilisation d’une maquette numérique va permettre de recevoir, émettre, stocker et traiter les informations concernant une construction.

L’intérêt du BIM ?

Les contraintes d’aujourd’hui, notamment les réglementations contraignantes et les délais de plus en plus courts nous demandent de faire appel à des acteurs très différents, l’activité se complexifie et nécessite de travailler dans une démarche plus collective et collaborative dès le début d’un projet.

Le BIM : une composante de la gestion de projet ?

La valeur ajoutée du BIM est d’éviter de travailler en silo entre la modélisation des dessins et la réalisation afin de créer du lien entre la conception et la construction.

Tirée du Livre :

« Il permet une convergence entre les processus de travail liée à la technologie et les processus de management de projet. »

« L’avantage du BIM réside dans l’amélioration des processus permis par une technologie. »

Article de mise en pratique du BIM chez Schneider

Lien de l’article (Juin 2021) :  https://www.hexabim.com/blog/bim-energie-et-environnement-la-combinaison-gagnante-pour-bruno-guillaumont-chez-schneider-electric

Interview de Bruno Guillaumont, chargé du développement et de la stratégie du BIM chez Schneider Electric


Que fait Schneider Electric ? 

Elle est spécialiste et leader mondial des solutions numériques d’énergie et des automatisations pour l’efficacité énergétique et la durabilité.

Le BIM : pourquoi et comment ?


Pourquoi ? 

L’évolution des lois allant vers plus de respect de l’environnement et la transition écologique font que le BIM est au cœur de la stratégie digitale de l’entreprise.


Comment cela se met en place concrètement ? 

  • Aide au choix dans la construction :

Le BIM va permettre de faire des simulations thermiques et énergétiques qui aident à effectuer les bons choix constructifs. Exemple : mesurer l’impact environnemental et le réduire 

Sachant que l’enjeu est important : le bâtiment représente 45% de la consommation énergétique nationale.

  • Aide à la gestion, l’exploitation et la maintenance  tout au long  du cycle de vie du bâtiment

Quelques exemples de cas d’usage concrets :

  • L’utilisation de certains connecteurs permet d’implanter l’architecture électrique, d’améliorer la communication et le contrôle dans la maquette. Dans ce cas, les équipes projets peuvent obtenir bilan de puissance, liste de matériels, directement à partir de la maquette.
  • Dimensionner l’installation électrique, enrichir la maquette numérique avec les résultats de calculs  : sections de câbles, protections, courants de court-circuit, garantir la conformité selon les normes en vigueur, etc..
  • Mise en place d’une plateforme d’entreprise qui va permettre de collaborer tout au long du projet, effectuer les chiffrages et la planification en lien avec la maquette (on parle de BIM 5D), simuler, approvisionner, et s’interfacer avec le système de gestion de l’entreprise cliente.

Évènement autour du BIM, le BIM d’Or

Vidéo de l’évènement et intervention d’Emmanuel Di Giacomo, responsable du développement des écosystèmes BIM pour l’Europe d’Autodesk (Vidéo du 04/10/2021)

lien de l’article : https://www.lemoniteur.fr/article/bim-d-or-2021-la-soiree-en-video.2166442

Les BIM D’or

Ce 21 septembre 2021 avait lieu la 8ème cérémonie des BIM d’or, organisée par le Moniteur et les cahiers techniques du bâtiment et en partenariat avec Autodesk, il récompense les meilleurs projets menés à l’aide de maquette numérique. Tous les secteurs, à la fois publics et privés y sont représentés.

Le BIM d’or de cette année a été décerné au groupe ADP pour la réhabilitation du terminal 2B et la création de la liaison BD à l’aéroport CDG.

Selon Autodesk, cet évènement est un bon baromètre de l’adoption du BIM et montre l’avancée dans la transformation digitale en France. Il permet aussi d’observer les évolutions des pratiques, les technologies utilisées sur le marché.

Autodesk met aussi en avant l’importance de l’interopérabilité entre les logiciels liée à la diversité de ceux-ci dans le secteur.

Envie d’échanger autour de vos enjeux de transformation dans la construction et l’immobilier ?

Soyez averti(e) de nos prochains évènements et publications via LinkedIn !

La transformation digitale est partout, notamment dans le secteur de l’immobilier… Les nouveaux enjeux liés à l’évolution des lois, au respect de l’environnement et des constructions qui doivent être de plus en plus rapide nécessitent une meilleure gestion des données et de l’information mais aussi une meilleure collaboration entre les équipes. Nous retrouvons ces mêmes […]

Retrouvez toutes nos actualités LinkedIn du mois de juin et juillet

Nous renouvelons notre mécénat

Publication du 12 juillet 2021

Nous sommes très heureux de renouveler notre mécénat pour 4 ans supplémentaires auprès de Emergence, programme d’ARELI. Un engagement qui fait sens auprès de nos salariés toujours prêts à s’inscrire dans le parrainage de jeunes Talents!

Présentation de Télémaque auprès des salariés de Projexion

Publication du 2 juillet 2021

Merci à Jérôme Vieillard, Magali, Sabrina et Khwala pour leur présentation de Télémaque auprès des salariés de Projexion. L’association Telemaque agit pour l’égalité des chances dans l’éducation en luttant contre le déterminisme social! Telemaque relance l’ascenseur social dès le collège en encourageant l’ouverture socio-culturelle, la découverte du monde professionnel, l’affirmation de soi et la performance et la performance scolaire et les réussites. Nous sommes ravis d’avoir découvert cette belle initiative qui suscitera vraisemblablement des vocations de mentorat dans nos équipes!

Talents SeniOrs Chez Projexion

Publication du 30 juin 2021

Nous sommes très heureux d’avoir accueilli chez Projexion des filleuls et des parrains de l’Opération Talents SeniOrs Apec Hauts-de-France.
Nous sommes partis à la découverte de Planète Trustee, serious game qui aborde le thème de la confiance: Comment l’accordons nous? Comment gagner celle des autres? 
Merci à nos deux pilotes Violaine Borde et Corentin Desplanques et à nos explorateurs Sophie(s!), Francis, Patrick, Thibault, Daniel, Dominique, Olivier, Jeanine, Gérard, Laurent, Anne FLAHAULTPhilippe DelplaceDavid DeghayeCécile LARGILLETJohan SIMON pour ce moment de convivialité et d’apprentissage!

2 jours de tournage avec l’agence AV PROD

Publication du 29 juin 2021

Depuis hier, nous vivons une nouvelle expérience audiovisuelle ! À l’occasion de nos 10 ans, nous avions envie de « marquer le coup » et de communiquer autrement sur notre histoire, nos valeurs, notre offre … C’est donc avec l’ Agence AV Prod que nous avons embarqué pour 2 jours de tournage et d’interviews à l’agence. Nos collaborateurs ont pu se prêter au jeu et nous avons hâte de vous montrer le résultat !

Soyez averti(e) de nos prochains évènements et publications via LinkedIn !

Retrouvez toutes nos actualités LinkedIn du mois de juin et juillet Nous renouvelons notre mécénat Publication du 12 juillet 2021 Nous sommes très heureux de renouveler notre mécénat pour 4 ans supplémentaires auprès de Emergence, programme d’ARELI. Un engagement qui fait sens auprès de nos salariés toujours prêts à s’inscrire dans le parrainage de jeunes Talents! […]

La formation et la transmission de connaissances se réinventent, en particulier dans un contexte de travail à distance généralisé. Les outils et plateformes en plein essor sont ceux qui favorisent l’interaction, l’affect et l’engagement. Sensibles au besoin de repenser leur mode de formation, les entreprises françaises et internationales investissent et innovent massivement.

La présence en Formation à Distance, un enjeu pour la réussite des apprenants

Cet article traite de l’importance de la présence en Formation à Distance (FAD). L’implication en personne des intervenants est en effet indissociable d’un certain affect, et donc du succès de la formation. Quelle stratégie adopter pour engager les apprenants sur le plan cognitif et social ? L’enjeu est de taille : bien encadrés et correctement sollicités, ceux-ci s’impliquent activement dans la réussite de leur formation.

https://pedagogie.uquebec.ca/le-tableau/lenjeu-relationnel-de-la-presence-en-formation-distance#.YDXvz8YzlE0.linkedin

Faire vivre la connaissance, même en situation de télétravail

Malgré sa popularité, le télétravail cause une certaine déperdition d’informations entre collaborateurs. En l’absence de communication non verbale et d’idées spontanées, des solutions doivent être mises en place pour favoriser l’entraide, les rituels et l’apprentissage en continu grâce aux outils collaboratifs. L’objectif : appliquer le concept d’ « entreprise apprenante » pour transmettre les savoirs, et faire évoluer durablement la culture d’entreprise !

https://www.welcometothejungle.com/fr/articles/teletravail-transmission-savoirs-equipes-distance

Twitch ou les nouveaux formats d’apprentissage

La chaîne Twitch fonctionne sur le principe du live, et ouvre ainsi d’étonnantes perspectives pour la formation. On découvre dans cet article le fonctionnement très interactif de la chaîne. Les apports pour la formation : un dialogue très direct et bottom up (de l’apprenant à l’enseignant), un facteur affectif inédit dans l’enseignement, une curiosité accrue et l’urgence d’assister à l’événement : Twitch favorise l’engagement et adapte les méthodes aux usages du moment.

https://www.focusrh.com/tribunes/qu-est-ce-que-twitch-peut-apporter-la-formation-par-stephane-diebold-33700.html

Quelles tendances pour l’éducation actuellement ?

Dans le podcast de Ludomag sont présentées les dix tendances du moment dans l’éducation. Au programme, l’ouverture de l’espace scolaire et des canaux d’apprentissage, l’immersion grâce aux nouveaux formats, ou la personnalisation des parcours et du suivi. Quel rôle joue l’Intelligence Artificielle dans la relation élève-professeur ? Comment prendre en main la sécurité des données et leur pilotage pour améliorer l’offre ? Découvrez des tendances essentielles dans un secteur qui se réinvente.

https://www.ludomag.com/2021/03/30/podcast-simon-fau-du-cabinet-effios-presente-10-tendances-pour-le-numerique-en-education/

Le monde investit dans l’EduTech

Les investissements augmentent dans l’EduTech ! Les technologies dédiées à la formation — notamment professionnelle — sont boostées par les confinements successifs et la prise de conscience de la nécessité de faire évoluer les profils. Etats-Unis, Chine et Inde en tête, les Etats investissent plus encore que prévu. Un facteur de bien-être pour les salariés et une source de perspectives pour les jeunes générations encore scolarisées !

https://www-ladepeche-fr.cdn.ampproject.org/c/s/www.ladepeche.fr/amp/2021/04/12/161-milliards-de-dollars-ont-ete-investis-dans-les-technologies-de-leducation-en-2020-9483022.php

Exploiter la popularité de l’audio avec l’Audiolearning

Dans cet article de Coorpacademy, découvrez les bénéfices de l’audiolearning, format d’apprentissage qui a le vent en poupe ! Surfant sur la popularité des podcasts, l’audiolearning éveille l’intérêt et améliore l’engagement. Face à la diversité des formats et des pratiques, quels choix faire pour définir une offre efficace ?

 Envie d’échanger autour de vos enjeux de conception de formations innovantes ?

Soyez averti(e) de nos prochains évènements et publications via LinkedIn !

La formation et la transmission de connaissances se réinventent, en particulier dans un contexte de travail à distance généralisé. Les outils et plateformes en plein essor sont ceux qui favorisent l’interaction, l’affect et l’engagement. Sensibles au besoin de repenser leur mode de formation, les entreprises françaises et internationales investissent et innovent massivement. La présence en […]

Qu’on travaille dans un contexte agile ou en gestion de projet traditionnelle, on a besoin d’organiser des rétrospectives ou des bilans de projet à intervalles plus ou moins réguliers. Quels outils utiliser pour en faire un exercice collaboratif ? Comment innover pour ne pas lasser l’équipe avec cet exercice répétitif ? Et dans une situation de travail à distance, comment organiser l’exercice pour maintenir l’interactivité avec tous les participants ? Nous partageons avec vous quelques idées et outils repérés à travers notre veille.

La rétrospective à thème

Si vos rétros se suivent, elles pourraient très bien ne pas se ressembler. Avez-vous testé la rétro à thème ? A l’approche de la fête de Pâques, il peut être amusant par exemple d’utiliser la métaphore de l’oeuf magique pour que chacun puisse dévoiler ce qu’il estime être les réussites du projet. A l’inverse “la cloche qui dérange” peut aider à débriefer de manière détendue sur les échecs du mois. Les sources d’inspiration sont infinies ! 

Dans cette veine créative, nous avons repéré un article d’Openclassroom, qui explique le déroulé étape par étape d’une rétro agile sur le thème de Mario Kart. 

Animer un bilan à distance

Pour animer un bilan de projet ou une rétro à distance en dehors du traditionnel écran de Zoom, Meets ou Teams, l’outil en ligne Parabol peut être d’un grand secours. S’il permet comme d’autres solutions d’animer un partage de réflexion avec des équipes distantes, il se différencie par la possibilité qu’il donne à chacun de contribuer de manière synchrone ou asynchrone, en affichant son nom ou de façon anonyme.

Les templates prêts à l’emploi pour les réunions de fin de projet

Du côté du tableau blanc interactif Miro, il y a aussi une richesse de templates pour nous aider à organiser une rétro ou à collecter du feedback.

Chez Klaxoon, nous retiendrons le template Speedboat. “Appuyez-vous sur la métaphore du bateau pour prendre du recul et identifiez des actions en équipe pour travailler plus efficacement”. Le speedboat peut être utilisé autant en bilan projet qu’en projectif lors d’un point d’étape ou la remise à plat d’un process.

Ces templates sont aussi d’excellents supports pour la restitution d’un retour d’expérience. Au sein du cabinet Projexion, les consultants en sont friands ! L’un des derniers “retex”, animé par la chef de projet Violaine Borde, portait sur un projet qu’elle a animé durant un an avec sept personnes dans l’univers du retail textile, au cœur des métiers du sourcing. Elle a ainsi partagé du contexte sur le projet, des livrables représentatifs du travail accompli, puis ce qui s’est bien passé, ce qui a été plus difficile et ce que l’équipe aurait fait différemment, avant de conclure sur les apports et les enseignements à retenir. 

Utiliser le moodboard en réunion projet

Au sein du cabinet conseil Projexion, à l’occasion de la dernière réunion interne de l’année 2020, l’ensemble des consultants a réalisé un moodboard collectif à distance. Revenons sur les étapes de l’animation :

Première étape : le binôme d’animateurs a demandé à chaque consultant de résumer en un mot ce que Projexion représente de meilleur pour lui.

Deuxième étape : les animateurs ont invité les participants à rechercher une image illustrant le mieux leur idée. Tout l’enjeu – et la difficulté – consiste à ce stade à amener les participants à faire appel à tous leurs sens et à piocher dans le registre des matières, des bruits, des odeurs, des couleurs… L’idée est de faire ressentir une ambiance, une atmosphère et d’explorer toutes les dimensions d’un univers. A ce moment de l’atelier, les explications des créatifs de la société Disney peuvent être utiles pour expliquer ce qu’on attend d’un moodboard.

Et voilà l’un des tableaux qui est ressorti de l’une de nos séances :

Les images de chaque participant et leur verbatim ont été assemblés en live et en quelques secondes à l’aide de l’outil en ligne gratuit.

Téléchargez notre table ronde virtuelle

Chez Projexion, pour animer nos réunions à distance avec huit participants ou plus, nous utilisons une table ronde interactive. Téléchargez cette ressource, prête à être utilisée dans vos documents interactifs !

Envie d’échanger autour de vos enjeux de gestion de projet et d’animation d’ateliers ?

Contactez-nous

Soyez averti(e) de nos prochains évènements et publications via LinkedIn !

Qu’on travaille dans un contexte agile ou en gestion de projet traditionnelle, on a besoin d’organiser des rétrospectives ou des bilans de projet à intervalles plus ou moins réguliers. Quels outils utiliser pour en faire un exercice collaboratif ? Comment innover pour ne pas lasser l’équipe avec cet exercice répétitif ? Et dans une situation […]

Chez Projexion nous accordons une importance particulière à la veille car c’est une activité continue qui nous permet de nous tenir informés des publications récentes au sujet de nos activités professionnelles, de nos domaines de recherches et de nos centres d’intérêt. La veille informationnelle regroupe la veille technologique, la veille économique, la veille commerciale, la veille juridique et la veille scientifique.

Dans cet article, Justine, consultante et chef de projet digital chez Projexion, vous propose une méthode pour mettre en place un système de veille de façon efficace et pertinente.

En introduction …Qu’est ce que la veille informationnelle?

De nos jours, les métiers se transforment très vite. De nouvelles méthodes de travail et des nouveaux outils fleurissent régulièrement. Il est nécessaire d’avancer dans sa vie professionnelle au rythme de ces changements. C’est pourquoi, quel que soit votre métier, votre profil, que vous soyez sorti de l’école ou en poste depuis de nombreuses années, il est très important de se tenir informé des avancées dans son domaine. Mettre en place un système de veille informationnelle qui consiste à surveiller votre environnement de façon active est un moyen pratique pour y parvenir.

Première étape : Déterminez vos objectifs de veille

La première chose à faire avant de se lancer plus en détail sur la mise en place d’un système de veille est de prendre le temps de déterminer vos objectifs. En effet, comme tout projet, la mise en place d’une veille nécessite de clarifier les enjeux et de définir des objectifs qui devront être SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste et Temporellement défini).

Pour cela, couchez sur papier votre environnement professionnel (votre secteur d’activité, votre branche de métier…) puis faites le bilan de vos forces et faiblesses personnelles.

Ceci vous permettra de trouver facilement votre ou vos objectifs de veille dans le but de combler vos points faibles. Votre veille pourra alors s’orienter sur de la découverte de nouveaux outils, la maîtrise de soft skills, ou encore sur l’approfondissement de compétences techniques par exemple.

La première chose à faire avant de se lancer plus en détail sur la mise en place d’un système de veille est de prendre le temps de déterminer vos objectifs.

Deuxième étape, sélectionnez vos sources d’informations

Prenez le temps de parcourir le web à la recherche des sources les plus pertinentes pour vous. L’information peut venir de plusieurs types de médias. En voici quelques exemples :

  • Sites et blogs spécialisés : il vous suffit de faire des recherches précises dans votre moteur de recherche habituel pour les trouver.
  • Podcasts : si vous ne vous y êtes pas encore mis, l’écoute de podcasts peut être une très bonne alternative à la lecture. Il suffit de vous rendre sur l’application Podcasts de votre smartphone et de rechercher les contenus via le moteur de recherche.
  • Vidéos (Youtube, Viméo) : là encore, le format vidéo peut être très intéressant (vidéos d’actualité, vidéos de vulgarisation de sujets complexes…)
  • Réseaux sociaux (Linkedin, Twitter) : Suivez des personnalités influentes dans les domaines que vous souhaitez travailler. Votre fil d’actualité commencera alors à se construire et permettra d’alimenter votre veille.

Les réseaux sociaux peuvent aussi être utilisés comme des moteurs de recherche grâce à la recherche par #hashtag. Par exemple, si vous souhaitez vous tenir informé des dernières tendances en terme de marketing sur le web vous pouvez faire une recherche à l’aide de #marketingdigital.

L’avantage des réseaux sociaux est qu’ils sont le relai de nombreuses typologies de formats dont on peut avoir besoin (articles de journaux, vidéos, supports ludiques , articles de blog…)

Vous pouvez bien sûr suivre tous les moyens cités plus haut ou bien ne vous concentrer que sur quelques-uns. Mais parfois on peut se sentir un peu perdu au moment où l’on cherche des sources utiles et fiables.

N’hésitez pas à vous inspirer des personnes qui vous entourent! Interroger une personne qui exerce le poste que vous convoitez ou qui est employé dans le même type d’entreprise que vous et connaître ses propres sources d’information vous orientera dans la mise en place de cette démarche de veille.

3ème étape : la mise en place du système de veille

Une fois votre objectif de veille déterminé et vos sources identifiées, il est temps de vous y mettre ! Il existe plusieurs manières de procéder :

Solution 1 : Aller chercher l’information sur chaque média, un par un, source après source, sur tout ce qui vous intéresse.

Solution 2 : S’abonner à des newsletters. Si vous n’avez pas la phobie des emails, cette solution est une bonne alternative puisque ce n’est plus à vous de faire l’effort d’aller l’information, elle vient à vous directement.

Solution 3 : Mettre de côté chaque contenu qui a retenu votre attention pour une lecture différée. Combien de fois est-on tombé sur un article en s’étant dit : je le lirai plus tard ?

Pour cela, l’utilisation d’un outil de sauvegarde de contenu peut être très utile. Exemple : Pocket  (LIEN ://getpocket.com/)

Solution 4 : Utiliser un agrégateur de contenu. L’utilisation d’un agrégateur de contenu est très simple. Il suffit de choisir vos sujets et vos sources d’informations. L’agrégateur vous permet de retrouver tous les contenus dans un seul fil d’actualité.

Exemple d’agrégateur : FlipboardFeedly

Et enfin : Partagez votre veille !

Puisque vous avez déjà effectué un gros travail de recherche jusqu’à maintenant et que vous n’êtes probablement pas le seul à vouloir faire de la veille de ces sujets, il peut être intéressant de la partager.

En interne de votre entreprise, vous pourriez écrire une newsletter de façon régulière sur vos sujets ou bien encore partager des articles sur le réseau social interne. Vos collègues seront probablement ravis.

Sur LinkedIn, partager un article avec quelques mots sur vos convictions est un bon moyen de recueillir des remarques de la part de vos contacts.

Pour aller plus loin et si vous disposez de plus de temps, il est également intéressant de créer un espace où vous pourriez regrouper la synthèse de toute votre veille, que ce soit en partageant des liens de redirection vers des contenus déjà existants ou bien en créant des synthèses sous forme d’infographie par exemple (Canva est un super outil). Pour cela, les supports de partage de veille peuvent prendre plusieurs formes :

  • rédaction d’un un blog (exemple : WordPress)
  • utilisation d’un outil de type journal (exemple Wakelet)
  • création d’un compte Medium

Sur Linkedin, partager un article avec quelques mots sur vos convictions est un bon moyen de recueillir des remarques de la part de vos contacts.

Encore quelques conseils …

  • Toujours vérifier les sources des contenus et diversifiez les. Pensez à vérifier l’identité des auteurs et leur séniorité sur les sujets.
  • Réajustez en permanence vos contenus suivis, supprimer les contenus qui ne vous conviennent pas ou plus.
  • Informez vous mais pas trop. En effet, suivre trop de contenus risque de vous donner l’effet d’un surplus d’informations et vous risqueriez de ne rien consommer du tout. Il est préférable de prendre le temps de choisir ses sources et de ne pas trop s’éparpiller.
  • Dégagez vous du temps dans votre agenda et définissez une fréquence et les meilleurs moments pour vous informer. Cela peut être au petit déjeuner, pendant une pause au travail ou dans les transports par exemple.

Informez vous mais pas trop. En effet, suivre trop de contenus risque de vous donner l’effet d’un surplus d’informations et vous risqueriez de ne rien consommer du tout.

Cette méthodologie et ses conseils sont évidemment à ajuster au contexte organisationnel , à votre type de poste et aux objectifs que vous poursuivez !

 

Projexion est un collectif de consultants au service de vos projets de transformation. Nos consultants disposent d’expériences variées au sein de secteurs diversifiés : retail, secteur public, institutions financières, industrie… et interviennent autant sur des projets digitaux, de l’architecture d’entreprise, de la formation que de l’accompagnement au changement.

Vous souhaitez échanger sur la veille informationnelle et nous faire part de vos remarques ou compléments méthodologiques ? Partageons autour de vos problématiques !

 

Soyez averti(e) de nos prochains évènements et publications via LinkedIn !

Chez Projexion nous accordons une importance particulière à la veille car c’est une activité continue qui nous permet de nous tenir informés des publications récentes au sujet de nos activités professionnelles, de nos domaines de recherches et de nos centres d’intérêt. La veille informationnelle regroupe la veille technologique, la veille économique, la veille commerciale, la […]

La gestion de la donnée représente un enjeu capital pour les collectivités territoriales. La variété des enjeux nécessite de bien les identifier afin d’élaborer une approche globale jusqu’à la mise en oeuvre d’une feuille de route opérationnelle. De l’approche technologique, à celle des usages, de la valorisation économique aux contraintes réglementaires, nous aborderons ces différents volets et verrons pourquoi un cadre de gouvernance complet permet d’appréhender globalement la gestion d’un volume croissant de données.

L’innovation technologique conduit au traitement d’un nombre exponentiel de données

D’un point de vue technologique, la ville se décompose en 2 strates : les infrastructures qui permettent physiquement la production d’une activité (câbles, tuyaux, routes, tunnels, générateurs d’électricité…) et les servicesqui répondent aux attentes des citoyens, des agents ou des opérateurs privés. L’innovation technologique urbaine, appelée smart city, se caractérise par l’ajout d’une couche intermédiaire, digitale. Cette couche joue un rôle d’interface entre les infrastructures et les services, en faisant transiter un nombre exponentiel de données en provenance de capteurs, GPS ou smartphones. Le défi reste alors d’identifier dans quelle mesure ces potentiels technologiques trouvent des modalités d’exploitation en termes de nouveaux usages et bénéfices pour la communauté.

La digitalisation des parcours citoyens et des processus intensifie la collecte et l’utilisation des données au sein des collectivités

D’un point de vue des citoyens, la digitalisation des usages et des services dans la vie quotidienne amène les usagers des services de la ville à un niveau d’exigence de plus en plus élevé (self care 24/24, dématérialisation des échanges, accessibilité 24/7, suivi de traitement des demandes en temps réel, notifications…). Dans cette perspective, les collectivités territoriales développent des offres de téléservices, digitalisent les services rendus aux usagers ainsi que les traitements réalisés en back office par les agents afin d’améliorer l’efficacité de la gestion publique.

La mise en visibilité de ses interactions devient un moyen de communication qui vise à valoriser les compétences du service public pour un quotidien amélioré. Cependant, face à des citoyens qui sont de plus en plus soucieux de l’utilisation de leurs données personnelles, les enjeux et modalités d’exploitation doivent être expliqués de manière transparente ainsi que le rôle des différents opérateurs concernés.

Des plateformes de services urbaines font collaborer opérateurs publics et privés

Les collectivités territoriales jouent de manière croissante un rôle de plateformes de services, s’inscrivant dans cette économie de l’usage, qui fait collaborer des parties prenantes multiples et variées. De nouvelles formes de coopération voient le jour entre opérateurs privés et services publics. Ainsi Waze fournit-il à la Métropole Européenne de Lille des infos trafic en temps réel en échange de données municipales sur les travaux de voirie.

Les villes développent leur expertise en terme de monitoring urbain et environnemental à l’image de la Métropole de Dijon qui optimise et mutualise les équipements urbains (feux de circulation, éclairage public, caméras…) pour faciliter la gestion de l’espace public.

La Métropole Nice Côte d’Azur implémente des capteurs prédictifs pour élaborer des plans d’urbanisme cohérents, réduire la consommation, d’eau, d’énergie et valoriser les déchets .

Au niveau mondial, un exemple extrêmement poussé d’intégration et de partenariat public-privé est celui de l’Estonie, considérée comme un véritable Etat-plateforme.

Pour une collectivité territoriale, l’économie de la donnée consiste à évaluer le coût de collecte, stockage et traitement de la donnée, le financement des infrastructures digitales et les niveaux de service attendus, rendus et perçus. Cette approche permet d’appréhender les types de dispositifs et partenariats à concevoir au regard des stratégies souhaitées. Dans ces assemblages mêlant citoyens, opérateurs privés et publics, la question de la propriété de la donnée alimente fortement le débat public.

La propriété de la donnée doit être posée

En effet, la valorisation de la donnée fait émerger des problématiques fortes autour de la propriété de la donnée. Ces perspectives donnent lieu à des approches comme celle que développe la FING, un “ think & do tank” de référence sur les transformations numériques,  avec le Self data. Le self data est  “la production, l’exploitation et le partage de données personnelles par les individus, sous leur contrôle et à leurs propres fins”. La FING a ainsi expérimenté cette approche avec Nantes Métropole (sur la transition énergétique), La Rochelle (sur la mobilité durable) et Grand Lyon Métropole (pour la protection sociale). Le cadre réglementaire permet également de poser des principes d’exploitation.

Le cadre réglementaire donne une opportunité de rationaliser la gestion des données

La transition numérique dans laquelle sont engagées les collectivités territoriales sont cadrées par 2 lois : la loi NOTRe de 2015, portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République et la loi pour une République numérique de 2016, portant sur la transition numérique et l’économie de demain. C’est cette dernière qui pose le principe d’ouverture par défaut des données publiques communicables et crée la notion de service public de la donnée. Le développement de l’Open data pousse ainsi les collectivités à une plus grande maîtrise de leurs données ainsi qu’une interopérabilité accrue de leurs systèmes avec ceux de leurs partenaires. Cette logique d’ouverture s’accompagne d’une exigence forte en terme de qualité et fraîcheur et pertinence de la donnée.

Il en est de même du RGPD, qui contraint depuis 2018, les organismes publics ou privés qui collectent ou traitent des données à en informer les personnes concernées et à s’assurer du respect de leur vie privée. Le RGPD demande d’avoir une vision globale des données de la collectivité. C’est l’opportunité d’optimiser la collecte, le stockage, de supprimer les données de mauvaise qualité et d’en garantir la sécurité. Cela nécessite de mettre autour de la table toutes les compétences qui traitent de la donnée afin d’arbitrer sur la pertinence des données traitées et poser des exigences partagées.

Une approche globale pour produire une feuille de route opérationnelle

La richesse des sujets, la diversité des attentes, l’interdépendance des solutions et des contraintes nécessite au préalable de poser les enjeux, décrire le périmètre, les objectifs, et les traduire en une feuille de route opérationnelle. Au-delà d’une somme de réalisations techniques, cette feuille de route est le fruit d’une réflexion partagée afin d’apporter des réponses opérationnelles aux besoins des citoyens et des agents.

Cette feuille de route garantit la cohérence entre les différentes réalisations et permet de conserver du sens tout au long d’un chantier au long cours. Elle établit une cible, une trajectoire pour y arriver ainsi que des jalons intermédiaires, donnant à chacun une forte visibilité sur les bénéfices pour les citoyens et les agents.


La gouvernance de la donnée donne un cadre pour concevoir et mettre en oeuvre une feuille de route data

La gouvernance de la donnée apporte alors un cadre de mise en œuvre d’une politique de la donnée pour atteindre des ambitions stratégiques. Elle permet de

  • Définir et partager la même vision des données
  • Définir la propriété des données, les rôles et les responsabilités
  • Garantir la qualité et la conformité des données
  • Assurer l’accessibilité et la sécurité
  • Gérer la compatibilité des standards et les règles d’interopérabilité

Elle permet ainsi de dérouler une feuille de route qui conjugue la recherche d’une valorisation économique de la donnée et une mise en oeuvre orchestrée et réaliste.

La gestion de la donnée dans les collectivités territoriales peut donc être appréhendée sous plusieurs points de vue. Elle nécessite de réunir les différents acteurs concernés, de manière transverse, autour d’un cadre partagé, afin de concilier les différents intérêts.

Projexion accompagne la transition des Villes et des Territoires en

  • Élaborant des feuilles de route
  • Cadrant les projets en vue de consultations
  • Cartographiant les processus et les systèmes d’information existant et cible
  • Accompagnant la réalisation des projets.

Vous souhaitez en savoir, découvrez notre approche Villes et Territoires  ou nos convictions sur la Valorisation des données.

Soyez averti(e) de nos prochains évènements et publications via LinkedIn !

La gestion de la donnée représente un enjeu capital pour les collectivités territoriales. La variété des enjeux nécessite de bien les identifier afin d’élaborer une approche globale jusqu’à la mise en oeuvre d’une feuille de route opérationnelle. De l’approche technologique, à celle des usages, de la valorisation économique aux contraintes réglementaires, nous aborderons ces différents […]

Ladhésion des collaborateurs est un des critères de réussite d’un projet. Seulement, tout individu passe par plusieurs phases lors d’un changement, d’abord positives puis négatives. Ces différentes étapes doivent être accompagnées pour réduire les résistances au changement.

Avec le contexte de transformation auquel les entreprises font face aujourd’hui l’accompagnement des collaborateurs est un enjeu majeur pour ces acteurs.

Alerte sur la banquise, réussir le changement dans n’importe quelles conditions  

John Kotter, Professeur à la Harvard Business School, est un expert de l’accompagnement au changement en entreprise.

Son ouvrage vulgarise la façon dont un changement est vécu dans le monde professionnel en prenant pour exemple une colonie de pingouins avec une problématique actuelle : la fonte des glaces.

Cet ouvrage reprend les types de profils auxquels nous pouvons faire face lors d’un changement en entreprise et montre peu à peu l’évolution du projet en levant les résistances au changement. Au-delà de la fonte des glaces, cet ouvrage explique ensuite les 8 étapes pour accompagner et réussir un changement en entreprise selon John Kotter.

La boîte à outils de la conduite du changement

Après avoir posé les bases principalement historiques et théoriques de l’accompagnement au changement, cet ouvrage propose une véritable boîte à outils fonctionnelle de l’accompagnement au changement, avec leurs explications et fonctionnement. Ces outils génériques sont parfaitement adaptables à différents contextes et donc très utiles.

Baromètre sur l’accompagnement humain du changement en entreprise

Réalisé en 2016 par le cabinet spécialisé dans les risques psychosociaux au travail l’Empreinte Humaine et l’IFOP ont réalisé un sondage en interrogeant plus de 1000 salariés sur la façon dont elles vivent et perçoivent les changements en entreprise.

Comment gagner en agilité avec le Change Management ?

Cet article de Forbes est entièrement dédié à l’accompagnement au changement : son fonctionnement, ses étapes, les résistances au changement… De quoi maitriser les principes du Change !

La courbe du deuil de Elisabeth Kubler Ross 

la courbe du deuil de Elisabeth Kublier Ross

Cette courbe est une représentation des étapes par lesquelles passent un individu lorsqu’il vit un changement. L’objectif du Change Management dans un projet et d’apporter l’accompagnement adéquat en fonction de l’étape dans laquelle se trouve un individu.

Ces différentes étapes peuvent s’appliquer tant à titre professionnel que personnel et sont vécues différemment en fonction de chaque individu, ici réside la difficulté de l’accompagnement au changement.

Il est primordial de la connaître, à la fois pour comprendre dans quelle phase se situe le collaborateur et adapter l’accompagnement, sa formation, mais également pour anticiper les phases suivantes et s’y préparer.

Vous voulez en savoir plus sur Projexion ? Découvrez nos offres de conseils et de formations autour de l’accompagnement au changement 

Soyez averti(e) de nos prochains évènements et publications via LinkedIn !

L’adhésion des collaborateurs est un des critères de réussite d’un projet. Seulement, tout individu passe par plusieurs phases lors d’un changement, d’abord positives puis négatives. Ces différentes étapes doivent être accompagnées pour réduire les résistances au changement. Avec le contexte de transformation auquel les entreprises font face aujourd’hui l’accompagnement des collaborateurs est un enjeu majeur pour […]

 

La sobriété numérique est une réponse pragmatique au fait que notre économie évolue en réalité dans un système fini. Elle consiste à prioriser l’utilisation de ressources en fonction des usages, afin de ne pas aller au-delà des limites de notre planète, tout en préservant les apports sociétaux des technologies numériques. Cela nécessite de questionner encore plus et selon plus de critères la pertinence de nos usages du numérique.
Nous sommes persuadés, en tant que cabinet de conseil en organisation que notre rôle est également de placer la transition écologique et les aspects humains au cœur de la transition numérique des entreprises.
Le green IT est le concept plus large qui vise à réduire l’empreinte environnementale, sociale et économique liées aux métiers du numérique.

Le rapport du Shift Project sur l’impact environnemental du numérique

The Shift Project est une association de loi 1901 qui œuvre en faveur d’une économie décarbonée. Elle publie régulièrement des rapports permettant d’éclairer le débat sur la transition énergétique.
En 2019, elle a publié un rapport mettant en lumière l’impact caché du numérique aussi bien sociétal qu’environnemental en prenant l’exemple de la vidéo en ligne.
Le numérique émet aujourd’hui 4 % des gaz à effet de serre du monde et cette part ne fera qu’augmenter d’année en année si les usages liés au numérique ne sont pas repensés pour être plus efficients et pertinents par rapport à nos besoins.

En savoir plus

« Le numérique est une ressource non renouvelable » par GreenIT.fr

GreenIT.fr est un blog ouvert à tous dont le but est de favoriser les échanges autours de sujets tels que l’économie d’énergie, le réemploi, le recyclage et l’éco-conception des services et des équipements.
Le numérique fait désormais partie de notre quotidien, il est le support de nombreuses innovations et ce, dans tous les domaines, que ce soit dans la santé, en agriculture, dans le transport ou bien encore pour le développement durable. Bien qu’on ne puisse pas le considérer comme une ressource vitale, c’est une ressource indispensable. Or le numérique est basé sur des ressources naturelles qui elles sont finies et non renouvelables.

En savoir plus

Green it :
Le référentiel de l’écoconception web et logicielle

Le collectif green IT a co-écrit, avec Frédérique Bordage une checklist de 115 bonnes pratiques pour concevoir un site internet de manière à réduire le besoin en ressources et énergies pour le mettre en ligne.
Ces bonnes pratiques sont applicables par toutes les parties prenantes d’un projet web sur l’ensemble du cycle de vie du site.
Cette checklist est rédigée au départ pour la conception de sites internet mais donne également de bonnes pistes pour porter un regard critique lors de travaux de conception d’outils numériques, d’architecture du système d’information, d’API, etc…

En savoir plus

Techologie le podcast qui réconcilie Tech et écologie
(Alors que tout les oppose !)

Animé par les coopérateurs de Fairness, agence d’écoconception web, Techologie est un podcast qui interroge l’impact environnemental du numériqueAgilité, design, mesure de la consommation énergétique, low tech… Tous les sujets sont abordés.

En savoir plus

 

 

Soyez averti(e) de nos prochains évènements et publications via LinkedIn !

  La sobriété numérique est une réponse pragmatique au fait que notre économie évolue en réalité dans un système fini. Elle consiste à prioriser l’utilisation de ressources en fonction des usages, afin de ne pas aller au-delà des limites de notre planète, tout en préservant les apports sociétaux des technologies numériques. Cela nécessite de questionner encore plus […]