les enjeux de la data pour les entreprises et les individus

Individu, entreprise, société : les prismes multiples des enjeux de la donnée

Le numérique et l’usage systématique des données redéfinissent notre société et le fonctionnement des entreprises mais aussi les comportements des individus.

Cependant, au-delà de la surface, a-t-on, chacun, une bonne connaissance des enjeux de la donnée ?

Chez Projexion, nous sommes convaincus que bien appréhender les enjeux de la donnée est la première étape pour valoriser les données et anticiper leur utilisation.

Derrière la compréhension de ces enjeux, nous aborderons aussi dans cet article l’importance de la sensibilisation à la data et de l’acculturation des organisations. En effet, présenter ces enjeux au sein des organisations est l’occasion de sensibiliser les services métiers aux données dont ils disposent. C’est la première étape pour, ensuite, mettre en œuvre les actions au sein du SI et les processus pour collecter, harmoniser et valoriser la donnée.

Qu’entend-on par data et enjeu ?

Une donnée peut-être une description élémentaire d’une réalité, le résultat d’une comparaison soit en d’autres termes une observation ou une mesure.

Un enjeu est un risque que l’on prend vis-à-vis d’un aléa. C’est donc ce que l’on peut gagner ou perdre en faisant quelque chose… ou en ne le faisant pas.

 

Derrière les enjeux de la donnée, il faut donc bien considérer les gains, mais aussi les pertes et les risques possibles.

Pour apporter une prise de recul sur le sujet, nous aborderons ces enjeux au travers de trois prismes : l’individu, la société civile et l’entreprise.

 

Les enjeux de la data pour l’individu

Souvent illustrés dans les médias, les risques liés aux personnes sont fréquemment mis en avant.

La série Black Mirror qui présente dans chaque épisode la mise en œuvre d’une technologie dystopique en est un bon exemple.

Dans la réalité, le système de crédit social (SCS), un projet du gouvernement chinois, montre que le pas à franchir n’est pas si grand. Il s’agit de collecter des volumes énormes de données sur les citoyens et les entreprises (comportements sur les réseaux sociaux, respect du code de la route, respect des engagements commerciaux…) pour les noter.

Avoir conscience des données que nous partageons

La majorité des citoyens savent qu’ils partagent des données. Cependant, nous avons souvent des représentations floues des données exactes collectées, de leurs utilisations, de leur revente possible…

 

C’est ce delta entre avoir une idée vague des données partagées et disposer d’une vision précise qui est problématique !

Et pour cause : habitudes de vie, déplacements, consommations, argent, photos, amis… tout ce que nous partageons, volontairement ou non, peut donner lieu à de la collecte de données. Cette prise de conscience et la recherche de transparence sont ainsi de vrais enjeux.

 

Comprendre les changements de comportements et les usages liés aux données personnelles

Si on associe souvent la transformation par la donnée aux organisations, les individus aussi se transforment ! Les comportements des individus changent. C’est par exemple le cas du self quantifying ou personal analytics dont le principe est de mesurer, analyser, comparer et partager des données personnelles. Ce mouvement entraine une tendance à redéfinir les normes en se comparant au « standard social ». Comme autre changement de comportement, on peut faire référence à la progression de l’autodiagnostic médical.

L’exploitation des données personnelles peut aboutir à de nouveaux usages mais aussi au développement d’usages existants : par exemple l’analyse des risques de maladie et d’accidents dans le cadre de prêts, des mutuelles, d’assurances automobiles etc.

Ce sont donc à la fois des opportunités et des risques. Les opportunités pour innover dans la santé par exemple, sont évidentes : plus de données exploitables c’est une plus grande capacité à prévenir et à soigner. Mais les risques existent de porter atteinte aux libertés, créer des failles de sécurité…

 

Ce ne sont pas les données en tant que telles qui soulèvent des questions, mais bien l’utilisation qui en est faite. La citation de Rabelais « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » s’applique aussi aux données et à leur utilisation !

 

Plusieurs leviers jouent et joueront un rôle important sur cet enjeu de la donnée pour l’individu :

  • La qualité et la fiabilité des données
  • La propriété et les droits d’utilisation des données, avec un point d’attention particulier sur les données sensibles (opinion, origine, santé…).
  • La transparence et la clarté sur l’utilisation des données, leur traitement et les algorithmes utilisés

Les enjeux de la data pour la société civile et l’environnement

Les enjeux de la donnée ne se limitent pas aux personnes et aux entreprises. L’environnement et la société, les associations sont aussi concernés.

Ainsi l’exploitation de grands volumes de données permet de servir les 17 Objectifs de Développement Durable des Nations Unies. Des techniques de profilage ou d’analyse prédictive peuvent être utilisées de manière équitable et inclusive (informations temps réel sur le bien-être des populations, ciblage d’interventions de secours auprès des groupes vulnérables…).

L’initiative Global Pulse des Nations Unies développe des solutions analytiques et un programme de protection des données, dont une partie implique des recherches constantes sur les utilisations des mégadonnées à des fins humanitaires et de développement.

La gestion de gros volumes de données c’est aussi s’interroger sur l’impact environnemental lié au stockage d’autant qu’en 2020, 52 % de toutes les données d’entreprises stockées sur des serveurs ne sont jamais utilisées. C’est la dark data. Des réflexions en matière de sobriété numérique conduisent aujourd’hui les DSI à mettre en œuvre des approches Green IT (LIEN www.projexion.com/carrefour-apprentissage/veille/green-it/)en adaptant les méthodes, logiciels, matériels, services et processus informatiques afin de réduire leur l’impact environnemental.

 

Les enjeux de la data pour les organisations

Tous les secteurs d’activités sont concernés par l’usage des données : secteur public, santé, finance, industrie, retail, média…

Si on prend l’exemple du secteur public, les données des citoyens, les données fiscales, les achats et dépenses publiques, les données cadastrales, les données démographiques…  seront mises à profit pour des usages diversifiés : analyse des intérêts et opinions des citoyens, segmentation et personnalisation, open data, Smart city…

Si certains types de données sont spécifiques à des secteurs d’activité, les spectres de données et d’usages qui peuvent être mis à profit par chaque entreprise sont extrêmement larges. De nombreuses données sont transverses et permettent d’enrichir la vision de l’entreprise. A titre d’exemple, les données météorologiques sont à la fois utiles pour Météo France mais aussi pour la majorité des entreprises : transport, tourisme, retail…

 

Les données utilisées et exploitables par les entreprises ne sont pas uniquement celles qu’elles produisent !

 

 Acquérir des données exploitables, la première étape

Ainsi les modes de collecte peuvent être :

  • internes, au travers des parcours clients ou des processus opérationnels métiers
  • mais aussi externes via l’achat de données, ou l’acquisition open source.

 

La maîtrise de cette phase de collecte pour les organisations est critique. Il s’agit de récupérer de la donnée, mais aussi de bâtir le socle pour qu’elle soit utilisable. Au-delà des évidences, de nombreuses questions se posent avant de vouloir les exploiter !

 

La donnée est-elle saisie manuellement ou automatiquement ? Est-ce une nouvelle donnée, vient-elle compléter une information existante ou est-elle redondante ? Faut-il la retravailler pour l’harmoniser ? Comment être certain de sa qualité ? Quels sont les droits d’utilisation ?

 

Prenons l’exemple d’une collectivité de taille moyenne. Son service IT a pris conscience de la masse d’informations qui a été collectée ces dernières années. Il fait maintenant face à la nécessité de mener un chantier supplémentaire pour la valoriser en la regroupant, en la qualifiant et en la rendant exploitable.

Quelle est la valeur de mes données ?

La valeur des données pour les entreprises est avant tout portée par l’usage métier qui peut en être fait. Si on associe souvent la transformation par la donnée à de nouveaux usages disruptifs, dans la pratique des entreprises, c’est aussi l’amélioration et l’extension d’usages existants qui sont en jeu. Il ne s’agit pas seulement de générer de nouveaux services. Ainsi, les promotions marketing ciblées existent depuis longtemps, mais évoluent avec l’utilisation massive de la data, interne et externe.

Une seconde étape est de se rendre compte de la valeur de cette donnée dans la nouvelle économie de la data. Comme nous l’avons vu, une donnée générée par une entreprise peut aussi avoir de la valeur pour d’autres. La donnée est donc aussi une matière première, immatérielle et donc duplicable. Elle peut être vendue, partagée, échangée entre entreprises ou avec des data brokers. Sa valeur vient alors de sa qualité, de sa rareté et des usages qui peuvent en être faits.

Développer une culture de la data

Percevoir l’enjeu de la donnée pour les entreprises uniquement sous le prisme des infrastructures et des logiciels est limitatif et entraine souvent des points de blocage dans la transformation des organisations.

 

L’appréhension au sein des entreprises par rapport au sujet des chiffres et des données peut être très forte !

 

Pour créer une dynamique d’entreprise, les employés doivent être à l’aise avec les données et être armés pour les comprendre et les exploiter efficacement. Entre disposer des données, et savoir en tirer des informations, les décoder et s’en servir comme aide à la décision, il y a parfois un gouffre. La citation « Les chiffres sont comme les gens. Si on les torture assez, on peut leur faire dire n’importe quoi » de Didier Hallépée est là pour nous le rappeler.

L’acculturation de l’ensemble des acteurs de l’entreprise est ainsi essentielle. Inutile que tous les employés deviennent des experts pour autant. Il s’agit avant tout de donner la capacité à savoir lire les données, travailler avec, les analyser et les utiliser pour communiquer un message. C’est ce qu’on appelle la data literacy.

 

La donnée doit parler à tous pour que l’entreprise développe une culture de la donnée.

 

Les projets de transformation peuvent être longs et exiger beaucoup de prérequis. Développer une culture de la donnée au sein de son entreprise permet de ne pas limiter le projet à une dimension IT et participe à embarquer les employés et à créer une dynamique durable.

Vous voulez aller plus loin sur les enjeux de la donnée ?

Les données sont donc l’affaire de tous, mais avec des angles de vue, des niveaux d’expertise qui diffèrent.Selon les métiers on n’abordera pas le sujet de la data avec les mêmes préoccupations, attentes de résultats ou livrables.

Travailler sur le sujet de la donnée au sein de son organisation impacte différentes strates. Il y a des prérequis indispensables : glossaires métier, dictionnaires partagés, architecture des données et du Système d’Information, sécurité ou infrastructures et applications à mettre en place.

Comme dans toute démarche de transformation, il faut mettre en place une feuille de route, identifier les étapes et les résultats atteignables rapidement qui permettront de conserver la dynamique. La montée en compétences et l’acculturation sont comme nous l’avons vu de vrais défis !

 

Projexion est un cabinet de conseil en transformation qui met à disposition un « collectif d’expertises » pour vous accompagner. Notre approche transversale permet d’appréhender les enjeux de la donnée sous l’ensemble des couches.

Nous proposons un parcours de formation « Valoriser la donnée »  qui inclut entre autres un nouveau module de formation « Enjeux de la donnée » d’une demi-journée qui développe les sujets évoqués dans cet article.

Envie d’en savoir plus sur cette formation, de partager une problématique ou d’échanger sur des retours d’expérience ? Discutons-en ! 

 

Soyez averti(e) de nos prochains évènements et publications via LinkedIn !